Valentin 15

Incompréhension

press to zoom

press to zoom
1/1

Jeudi 24 janvier 2019

Cet après-midi, après le cours, Madame Cochennet m’a demandé de rester pour parler avec elle du mot que je lui avais laissé. J’étais un peu gêné mais, vraiment, je supporte plus tout ce qui passe. J’ai demandé si ça allait bien rester secret car je ne voulais pas avoir de problèmes et que ce soit pire. Elle m’a rassuré et j’ai raconté les humiliations et les insultes de Thomas, Nicolas et tous leurs copains. Au début, elle m’a bien écouté et elle demandé des détails. Mais, après, elle m’a dit que les grands embêtaient souvent les petits, que ce n’était pas si grave. D’après elle, il ne faut pas que je réponde et que, comme la cour est grande, je peux trouver un endroit loin de lui et ses amis. Pour elle, il faut juste que je n’écoute pas les insultes, que ça va se calmer. Avant de me dire au revoir, elle m’a dit que si ça n’allait vraiment pas mieux vers les vacances, je pourrais revenir la voir. Mais j’ai pas envie. J’ai l’impression qu’elle s’en fiche complètement.


Vendredi 8 février 2019

Thomas m’a envoyé le ballon de basket hyper fort dans le ventre. J’ai cru que j’arrivais plus à respirer et j’ai dû aller m’asseoir sur les gradins. Mickaël s’est moqué en disant que j’étais une grosse fayotte chochotte qui pleurnichait tout le temps. J’en ai marre… Mais je ne vais pas retourner voir Madame Cochennet si ça sert à rien.


Comme je ne parlais pas du tout à table, papa m’a demandé pourquoi je disais rien et comment c’était à l’école. Alors j’ai raconté pour le ballon dans le ventre. Il a dit que pendant les cours de sport, on se faisait mal tout le temps et, comme je ne m’étais jamais entendu avec Thomas, il ne fallait pas que je joue au ballon avec lui. Mais c’est pas moi qui voulais jouer au basket, j’ai horreur de ça ! C’est le prof qui décide quel sport on fait chaque vendredi. Après, papa a ouvert son journal et c’est tout. En parler aux adultes, ça sert vraiment à rien ! Ils comprennent rien du tout !


Mercredi 26 février 2019

Ca fait 3 jours que je suis à la maison. Vendredi dernier, en sortant du collège, Nicolas était encore là avec ses gros débiles de moches de copains. Il a fait comme s’il voulait me taper quand je suis passé devant lui et je lui dis que j’en avais marre. Alors, il a attrapé mon blouson et m’a empêché de partir. Amandine lui crié d’arrêter de m’embêter mais, lui, il a rigolé et, ensuite, m’a secoué très fort en disant que j’étais vraiment un sale petit bizut. Et puis il a poussé très très fort contre le mur et ma tête s’est cognée et je suis tombé par terre. J’ai vu comme des éclairs dans ma tête et je pouvais plus bouger. Alors, il a attrapé mon cartable en demandant si je voulais dire encore quelque chose et l’a lancé sur moi. Après je crois qu’il m’ a donné un coup de pied mais ensuite je me souviens plus.

Quand j’ai ouvert les yeux, il y avait le surveillant, Madame Durand, et des pompiers près de moi. Ils m’ont posé des questions comme comment je m’appelais, si je savais où j’étais et si je pouvais bouger mes mains et mes pieds. J’avais super mal à la tête mais j’ai pu répondre à toutes leurs questions. Ensuite, je suis allée dans la camionnette et ils ont mis les sirènes pour m’emmener à l’hôpital. Quand on est arrivés, il y avait ma maman qui pleurait et qui est venu près de moi pour savoir si j’allais bien. Des docteurs m’ont posé plein de questions, ont regardé ma tête et m’ont fait des examens. Ca s’appelle pareil mais ce ne sont pas tout les mêmes qu’à l’école. Une dame est venue me voir ensuite, elle a dit qu’elle était spychologue, je crois, et elle m’a demandé ce qui s’était passé et si ça allait au collège, si j’avais des problèmes. Ma maman  était près de moi et me serrait la main très très fort. Elle essayait d’arrêter de pleurer mais quand j’ai raconté tout ce que faisaient les grands et Thomas au collège, elle a recommencé à pleurer beaucoup.

Comme je n’avais rien de très grave, j’ai pu rentrer à la maison mais maman m’a dit que je resterais quelques jours avec elle à la maison avant que tout cette histoire ne soit réglée. Elle m’a dit hier qu’elle avait vu le principal du collège et d’autres parents d’élèves et que ça irait car le principal savait tout et que Thomas et son frère seraient exclus. Ma maman m’a demandé si je voulais changer de collège et aller à celui d’Edouard mais j’aime bien mes prof et si les gros débiles ne sont plus là, je pense que ça ira.


Tout à l’heure, Amandine, Edouard et Laurent vont venir me voir et m’apporter mes devoir. On va pouvoir jouer un peu à la console et rigoler un peu. Je pense qu’ils vont être contents de savoir que Thomas et Nicolas ne seront plus là.

Choix 1

Vous voulez poursuivre l'histoire? Ou en discuter?

Choix 2

Vous voulez vivre une autre histoire?

scénario par

Elsa, Stanislas, Floriane, Amandine, Marie-Anaïs, Emma

avec le soutien de

Citoyenneté Active Lorraine

mise en texte

Apolline Marie HUIN

illustrations

Franck THOUVENOT