Stella 3

Stella laisse Léa un peu seule afin qu’elle s’habitue à son nouvel environnement

press to zoom

press to zoom
1/1

Léa résiste à l’invitation de Stella et Lisa, malgré une pointe d’envie de se joindre aux autres : son lancer de feutre involontaire dans le dos de Chloé lui a laissé un sentiment de gêne dont elle ne parvient pas à se départir. Elle a bien remarqué les coups d’œil moqueurs de certains garçons et les messes basses de quelques fillettes, chuchotées en la fixant. L’habitude ne change rien à son malaise : plus le temps passe, plus elle subit son corps qu’elle ne parvient pas à contenir, plus elle subit de moqueries, de réprimandes et d’ostracisme. Malgré la gentillesse de sa camarade Lisa, elle préfère, pour terminer la matinée, rester dans le coin lecture. Stella accompagne « la grande » à la table des jeux de cartes, et laisse enfin Léa tout à sa lecture. Ada, la petite fille de CM2 qui a lu presque tous les livres de la petite bibliothèque lui conseille un beau livre magnifiquement illustré sur les lutins et les farfadets. Léa s’installe sur un pouf moelleux et commence à lire avec application. Malgré son plaisir à découvrir ce très bel ouvrage sur la vie du Petit Peuple et son soulagement d’avoir découvert un coin de quiétude, son visage recommence à se crisper en des mines grotesques et, comble de l’horreur, elle se met à émettre des sortes de gémissements et de « han ! han ! han ! » qu’elle espère ne pas avoir été trop sonores. Après que son corps s’est livré à ces singeries forcées, elle regarde autour d’elle avec angoisse, craignant d’avoir attiré à nouveau l’attention sur elle. Sa gentille compagne de lecture n’a même pas levé le nez de son roman pendant ses grimaces et geignements, comme si elle n’avait rien remarqué. Cependant, une fois la crise passée, toujours silencieuse, les yeux rivés sur son livre, Ada tend simplement le bras de manière à ce que sa main puisse tapoter doucement l’épaule de Léa deux ou trois fois : « Là, là… Tu vois, c’est passé. Tout va bien maintenant. Je suis là. » semble-t-elle lui dire par ce simple geste discret. Quant aux autres enfants, ils sont tellement bruyants eux-mêmes qu’ils n’ont heureusement rien remarqué.


Léa trouve chez Ada une compagne idéale : très calme, plongée dans tous les livres qu’elle peut trouver, et, chose incroyable, elle se montre totalement indifférente à ses mimiques et pantomimes incontrôlables... Cela étant, la petite lectrice n’est pas non plus détachée, elle est au contraire attentive et attentionnée, présente sans être oppressante. Alors que Léa balaye les livres de poche posés près d’elle d’un mouvement brusque pour la troisième fois, Ada, toujours sans mot dire, se lève pour les ramasser et les reposer à leur place, puis reprend sa lecture comme si rien ne s’était passé. Léa lui en est particulièrement reconnaissante. C’est la première fois qu’elle rencontre un enfant de son âge qui réagit ainsi face à ses accès de crispations, gestes violents et gémissements. Elle est tranquillisée par cette présence bienveillante tout en retenue. Ainsi rassurée, ses crises d’agitation s’apaisent, et la matinée se termine sans autres incidents.


Stella observe de loin sa nouvelle protégée. En cette fin de première matinée, elle n’a pas voulu trop insister auprès de Léa pour la faire participer aux jeux collectifs. Lorsqu’un enfant est inscrit en cours d’année dans une école ou une MJC, son adaptation peut prendre du temps selon son caractère. D’après ce qu’elle a pu constater durant ces premières heures passées avec elle, Léa est introvertie, timide et facilement craintive. Elle essayera à nouveau de la faire participer à des jeux de société cet après-midi : le temps étant devenu pluvieux, il y a de fortes chances pour que jeux, atelier perles et dessin soient à nouveau au programme durant la seconde partie de la journée ; ayant constaté le goût de Léa pour les livres, elle prévoit également une lecture de conte après le goûter. Malgré ses préoccupations concernant la petite fille, Stella doit s’occuper des autres enfants, gérer les distributions de cartes, calmer les mauvais perdants ou les accusations de tricheries, et chercher désespérément deux pions manquants du jeu de dames… Rien que de très normal !


Cependant, par deux fois, Stella aperçoit Léa fronçant le nez en fermant très fort les yeux et croit même l’entendre émettre des sortes de grognements ou hululements saugrenus. Comme Ada ne semble pas réagir, Stella préfère ne pas intervenir. Elle se rapproche cependant subrepticement du coin lecture afin de pouvoir mieux surveiller la petite fille qui se livre par intermittence à des gesticulations aberrantes. Plusieurs fois, elle renverse, d’un vif et imprévisible coup de bras, les livres posés sur la table basse qui la sépare d’Ada. Stella voit cette dernière se lever, à chaque fois, pour ramasser les livres, et les reposer à leur place en souriant à la petite agitée qui la remercie, tête baissée, honteuse de son geste… d’humeur ? Ou est-ce totalement involontaire de sa part ? La jeune femme est certaine que ce comportement n’est pas celui d’une enfant qui veut faire son intéressante et perturber ses camarades : sinon, pourquoi s’abandonner à ces clowneries à l’écart, sans être remarquée par le plus grand nombre ? Au contraire, elle a l’impression que la petite fille veut cacher ses grimaces et convulsions en se mettant le plus à l’écart possible. Perspicace, Stella subodore que la petite fille souffre d’une pathologie qui touche sa coordination et la maîtrise de son corps. Il faut qu’elle en ait le cœur net : elle commencera sans doute par en parler avec Léa elle-même et, si cela devient nécessaire, à ses parents et à Jean-Louis, son directeur. Quoiqu’il en soit, l’animatrice aux cheveux de feu se promet d’être très vigilante quant à la conduite des autres enfants envers la petite nouvelle : si elle ne se trompe pas, il ne faudra pas que Léa devienne la cible de quolibets ou d’injures de la part des autres à cause de sa différence. Malgré sa bonne volonté et ses principes, Stella doit admettre qu’elle se sent tout de même un peu démunie, ne connaissant pas les meilleures mesures à prendre face à des cas comme celui-ci… Elle espère pourvoir parvenir à gagner la confiance de cette enfant insolite et gérer la situation du mieux possible.

Choix 1

Stella intègre Léa dans les jeux tout en avertissant les autres enfants qu’elle est sujette à des mouvements involontaires.

Choix 2

Stella intègre Léa dans les jeux sans avertir les autres enfants que la petite fille est sujette à des mouvements involontaires.