Stella 12

Stella rassure le papa de Léa sur cette première journée et valorise la petite fille

press to zoom

press to zoom
1/1

Stella a terminé la journée par la lecture du conte Jean de l’Ours. Elle adore voir les visages attentifs de son jeune public rassemblé en demi-cercle devant elle. Elle met un point d’honneur à expliquer tout ce que l’on sait sur les histoires qu’elle choisit de leur lire : les auteurs, l’époque, le contexte… A la fin de la lecture qu’elle s’emploie à rendre la plus vivante possible en mimant les mines des personnages et en faisant les voix, les enfants discutent avec elle de ce qu’ils ont compris de l’histoire et des symboles qui peuvent se cacher derrière tel ou tel rebondissement. La jolie rousse a vite compris que le monde littéraire intéressait beaucoup sa nouvelle protégée qui devait sans doute se réfugier dans les livres pour oublier un peu le monde réel. Aussi pense-t-elle que cette session de lecture et débat permettra de mettre Léa définitivement à l’aise. Et c’est une belle réussite ! Durant la lecture, Stella lève toujours les yeux vers son public pour juger de son effet ; cela lui permet aussi de lire l’intérêt et l’attention (ou le contraire, parfois, elle doit le reconnaître) dans l’expression des visages enfantins tournés vers elle ; en outre, elle peut ainsi surveiller subrepticement les enfants, et repérer les plaisantins qui préméditent de quitter la salle en douce ou qui embêtent leurs camarades. Aujourd’hui, elle essaye surtout d’observer Léa. La petite fille semble absorbée par le récit, suspendue à ses lèvres. A la fin de la session conte, Stella va voir la petite fille pour lui demander si cela lui a plu. En ne la laissant quasiment pas terminer sa phrase, la petite fille s’écrit, réjouie, que « OUIIIII !!! C’était génial !!! » La jeune femme est enchantée ! Dans la foulée, elle demande à Léa si elle souhaite participer, le mercredi suivant, à l’atelier d’écriture dont le but est d’inventer des fins différentes à l’histoire qu’elle a contée aujourd’hui. Encore une fois, elle reçoit une réponse enthousiaste. Avant que Léa n’aille s’emmitoufler dans son manteau, elle lui fait remarquer : « Au fait, tu te rends compte que, pendant toute la durée de la session conte et des discussions qui ont suivi, tu n’as fait aucune grimace, aucune gesticulation, aucun gémissement… » La petite fille la prend dans ses bras et lui répond qu’en plus, elle n’a même pas pensé à se concentrer pour éviter à son corps de faire n’importe quoi. Stella ne peut pas être plus heureuse !


Côme est aussi impatient qu’inquiet de retrouver sa fille à la fin de sa première journée au centre des Bourdons. Sa fille ayant été exclue, depuis septembre, de deux centres d’activités extrascolaires, il appréhende la fin de ce premier mercredi dans celui-ci. Il a entendu des horreurs sur sa fille de la part des directeurs et animateurs des deux dernières structures : elle lui a été décrite comme capricieuse, violente, perturbatrice, insolente… Il espère de tout son cœur que Léa a pu se contrôler durant ce premier jour aux Bourdons. Sa femme et lui ont fait le choix de ne pas avertir l’équipe du centre des problèmes de leur petite fille : comme aucun diagnostic n’est encore posé, ils ne peuvent pas avoir recours à la MDPH pour appuyer l’inscription de leur fille dans ces espaces de loisirs et lui permettre de bénéficier d’un accompagnement. Plusieurs centres aérés, avertis que Léa souffrait de ces troubles, ont tout bonnement refusé son inscription ! L’élégant père de famille est donc particulièrement tendu lorsqu’il arrive devant l’accueil des Bourdons.


Avec joie et surprise, il trouve Léa en grande conversation avec deux autres petites filles. Lorsqu’elle le remarque, elle court vers lui et le prend dans ses bras, elle le tire par la manche pour le conduire près des deux petites bavardes avec qui elle discutait. « Papa ! Je te présente mes nouvelles copines ! Lisa, « la grande » qui est super gentille, et Chloé : c’est contre son dos que mon feutre a atterri ce matin, mais elle ne m’en veut pas du tout. Léanne et Esther sont déjà parties, il faudra que je te les présente aussi ! Et puis, Ada ! Alors, elle, elle adoooooore les livres encore plus que moi ! » Les petites filles lèvent les yeux vers lui, et lui envoient en chœur : « Bonjour Monsieur ! » Salut auquel Côme répond, prenant un ton très formel en s’inclinant comme un prince, en répondant qu’il est ravi de faire la connaissance de jeunes demoiselles aussi gracieuses et polies. Il est ébahi de découvrir sa fille ainsi entourée dès son premier jour. Peut-être aucun signe de sa pathologie n’est-il apparu aujourd’hui, mis à part l’affaire du feutre ? Il se laisse aller à sourire en écoutant le babillage continu et enthousiaste de sa fille. Celle-ci le tire à nouveau par la manche pour le conduire un peu plus loin. Il se retrouve face à face avec Stella, l’animatrice qu’il avait aperçue rapidement le matin.


La jeune femme regarde Léa avec son plus beau sourire de fée, puis s’adresse à lui d’un ton enjoué : « Monsieur, comme c’est le premier jour de votre fille parmi nous, j’ai pensé que vous aimeriez savoir comment cela s’était passé. Votre fille est un amour ! Elle est sage, curieuse et s’est fait de nouveaux amis très rapidement. Il y a bien eu quelques mésaventures inévitables dans un groupe de jeunes de cet âge mais je peux affirmer que la journée s’est très bien déroulée pour tout le monde ! Qu’en penses-tu Léa ? J’ai raison ? » Côme est stupéfait. Sa fille semble tout à fait d’accord, et dit d’ailleurs à Stella en la serrant dans ses bras qu’elle l’aime vraiment beaucoup, et qu’elle a hâte d’être à la semaine prochaine.


Sur le chemin du retour à la maison, Léa est intarissable : elle veut absolument tout raconter par le menu, et décrire, dans le détail, toutes ses copines, les garçons qui se sont moqués d’elle, et Stella bien sûr … Elle lui raconte que la jeune femme est venue lui parler de ses agitations en restant avec elle à l’écart puis en a parlé à tout le groupe. Sa petite fille continue, avec gaieté et une certaine excitation, à tout expliquer, puis elle se met bien sûr à conter Jean de l’Ours. Côme sait pertinemment qu’il entendra tout ce récit encore au moins deux fois dans la soirée : au retour de son épouse et pendant le dîner pour que Raphaël soit également mis au courant des moindres détails de cette belle journée.


En repensant à ce que lui a dit Stella, Côme se rend compte qu’elle n’a évoqué à aucun moment les grimaces et gesticulations de sa fille. C’est Léa qui en parle d’elle-même et lui raconte que la jeune animatrice est venue lui en parler en tête à tête avant d’avertir la classe. En agissant comme elle l’a fait, la jeune femme a valorisé sa petite fille d’une manière exceptionnelle. Il y avait longtemps que Côme n’avait pas vu sa Léa aussi resplendissante : engoncée dans son épais manteau et son écharpe, le nez rougi par le froid, elle semble si heureuse d’avoir enfin trouvé un endroit dans lequel elle se sent acceptée. Il est bien impatient que son épouse puisse apprendre tout cela.

Choix 1

Vous voulez poursuivre l'histoire? Ou en discuter?

Choix 2

Vous voulez vivre une autre histoire?

scénario

Baptiste, Émile, Maël, Alix, Jawed, Élisa, Rose, Iléana

avec le soutien de

l’équipe pédagogique de la MJC Bazin Alice DEGROEVE, et Stéphanie MONTIFRET.

mise en texte

Apolline Marie HUIN

illustrations

Hugo DEGENEVE