Stella

L'histoire d'une animatrice qui doit apprendre à comprendre une petite fille pleine de personnalité.

press to zoom

press to zoom
1/1

Comme tous les mercredis matin, Stella noue ses cheveux couleur de feu en une queue de cheval bien haute, et se prépare à partir au centre de loisirs pour enfants « Les Bourdons. » Dans son petit miroir, elle sourit à sa journée : son sourire pétillant, qui lui creuse une fossette sur la joue gauche, et les taches de son de ses pommettes lui donnent l’air d’une fée tout droit sortie des contes qu’elle lit aux enfants. Elle est plutôt jolie avec ses grands yeux bleus mais c’est surtout lorsqu’elle sourit qu’elle devient lumineuse. Comme elle est heureuse d’avoir trouvé ce travail d’animatrice proche du centre-ville ! À 21 ans, elle est inscrite en Licence de « culture et communication, » des études qui lui plaisent énormément ; elle souhaite ensuite entreprendre un Master sur la tradition orale du conte auprès des enfants. Lorsqu’elle a postulé dans ce centre de loisirs, et qu’elle a exposé son travail d’études, le directeur s’est montré enthousiaste devant ce qu’elle se proposait d’accomplir auprès des enfants : en sus des jeux de société, dessin et ateliers créatifs, et, surtout, lectures de contes et un atelier d’écriture qu’elle a baptisé « Et si l’histoire se terminait autrement ? » Depuis la rentrée de septembre, elle a ainsi la charge d’un groupe d’une quinzaine d’enfants. Les deux plus jeunes ont 8 ans, la plus âgée, 11 ans ; plus de la moitié d’entre eux se connaissaient depuis quelques années déjà, habitant le même quartier et fréquentant donc la même école. Valérie, employée dans le centre depuis plus de 10 ans, qui, possédant le privilège de l’ancienneté, demande chaque année à veiller sur les tout petits, a la charge des enfants de 4 à 8 ans. Aurélien s’occupe des adolescents, et c’est Adrien qui prend le relai pour les activités de plein air. Le jeune homme propose des jeux de balle divers et variés après lesquels les enfants rentrent toujours en nage, les joues rouges comme des tomates bien mûres, les yeux brillants d’excitation … avec une pointe d’épuisement qui laisse penser qu’ils dormiront bien la nuit venue.


Après les vacances de février durant lesquelles elle a partagé son temps entre sa famille et quelques jours de travail supplémentaires aux « Bourdons, » son emploi du temps reprend de manière plus régulière. Ayant obtenu ses résultats d’examens la veille (elle est l’une des meilleures de sa promotion !), elle est d’une humeur particulièrement réjouie lorsqu’elle se rend d’un bon pas, queue de cheval flamboyante battant la mesure dans son dos, jusqu’au lieu des activités pour enfants. Comme elle les aime, ses petits bourdons dont elle a la charge !


Ce matin-là, Stella retrouve les enfants ravis de pouvoir se raconter leurs vacances, de parler de la rentrée et tous ses évènements. Alors qu’elle dit bonjour à Nathalie, la jeune femme avenante de l’accueil, elle remarque, encore à l’extérieur une petite fille tenant la main de son père - accrochée à son père pense-t-elle – qui lui parle avec douceur. Il semble lui faire des au-revoir qui n’en finissent plus. Il rentre avec elle dans le bâtiment, et Nathalie lui indique Stella comme étant l’animatrice qui s’occupe du groupe d’enfants dont sa fille fera partie. Très poli, cet homme mince et élégant d’une petite quarantaine d’années lui dit se prénommer Côme et lui présente sa fille, Léa, de 8 ans. Stella l’observe s’agenouillant devant la petite fille afin de lui murmurer quelques mots rassurants en lui tenant les mains d’un geste protecteur. Avant de la quitter, il la serre dans ses bras, puis lui fait un gros bisou sonore sur la joue. Stella se dit qu’il s’agit là d’un papa très aimant et d’une petite fille qui paraît intimidée par sa première journée dans le centre.


Arborant son plus beau sourire de fée, elle demande à Léa si elle veut bien la suivre avec le reste du groupe dans la salle qu’ils vont occuper durant la matinée. Au programme : dessin, atelier perles ou lecture, au choix. La petite Léa l’accompagne au milieu des bavardages et des rires de ses camarades. Le petit groupe se divise autour des tables et choisit son activité : Chloé, Emma et Anna, toutes issues de la même classe de CM1, choisissent invariablement de créer des bracelets de perles au tressage compliqué ; Ada, âgée de 10 ans, très introvertie et sérieuse, va s’installer dans le coin « Bibliothèque pour tous » et choisit l’un des rares livres qu’elle n’a pas encore lus ; les autres se répartissent autour des 2 tables pour prendre feuilles, crayons et feutres. Aujourd’hui, Stella propose « les animaux d’Afrique » pour thème de l’atelier artistique. Après lui avoir demandé ce qu’elle souhaitait faire lors de sa première matinée au centre, elle installe, selon son souhait, la nouvelle petite arrivante à l’une des tables dévolues au dessin. La jeune femme ne peut s’empêcher de remarquer que la petite ne semble pas très à son aise et regarde la feuille de papier posée devant elle en fronçant le nez.


Léa regarde la page blanche posée devant elle en gardant les mains posées sur ses genoux. Elle est un peu impressionnée par le groupe d’enfants et l’atmosphère très vivante de la salle. Son visage, encadré par des cheveux châtains coupés au carré, reste assez fermé, voire crispé. Les yeux baissés, elle réfléchit à ce qu’elle pourrait bien dessiner. Son dessin sera pour son papa. Comme elle aurait aimé rester avec lui ! Elle aurait très bien pu faire des dessins dans le bureau de son père pendant qu’il travaille, en restant bien sage dans un coin ; elle n’a jamais compris pourquoi cela semblait impossible. Perdue dans ses pensées, elle ne cherche pas à faire connaissance avec les autres enfants, pas encore en tout cas. Son père a essayé de la rassurer : tout se passera bien, elle se fera de nouveaux amis et passera un bon moment. Il avait l’air d’en être si sûr lorsqu’il l’a quittée. Il ne faut pas qu’elle le déçoive. Certains enfants ne lui prêtent aucune attention, ce qui lui convient parfaitement. Elle remarque néanmoins que d’autres se montrent plus curieux, et la regardent en chuchotant. Il est rare qu’une inscription se fasse en milieu d’année. Bien sûr, cela arrive, à cause d’un déménagement par exemple - ou à cause d’autres problèmes comme elle ne le sait que trop bien - ; cela est suffisamment rare pour susciter un certain intérêt. Stella, l’animatrice, lui semble très gentille et attentionnée. Léa espère qu’elle sera là pour l’aider si elle en a besoin et qu’elle ne se fera pas gronder durant sa première journée. La jeune femme s’approche justement d’elle et tente de détendre sa nouvelle protégée : elle lui demande d’un ton enjoué quel animal elle a décidé de dessiner. Comme Léa lui répond qu’elle hésite encore, Stella lui dit alors : « Je peux peut-être t’aider : sais-tu ce que signifie ton prénom ? » La petite fille secoue négativement la tête. L’animatrice lui répond alors : « Léa signifie Lionne. Ca pourrait être une bonne idée d’essayer de dessiner cet animal, non ? Je suis certaine que ton papa et ta maman seraient ravis que tu leur offres ta création. » Léa sourit enfin ; elle est heureuse de pouvoir se mettre à dessiner sans trop avoir à se concentrer pour rester tranquille. Elle acquiesce avec un oui énergique de la tête, puis attrape un feutre noir pour entreprendre de dessiner les contours de l’animal avant le coloriage jaune-orangé de rigueur.


Stella reste attentive à la petite nouvelle qui lui paraît bien introvertie. Elle se laisse cependant bercer par les verbiages enfantins presque chantants qui créent un fond sonore enjoué à la matinée. Elle passe d’un enfant à l’autre, demande qui va dessiner quoi, prodigue des conseils à certains, présente des livres pour donner de l’inspiration aux uns et aux autres. L’application est au rendez-vous durant la création de cette faune africaine, parfois incertaine, il faut en convenir : l’hipporafe de Théo est un parfait exemple de l’imagination fertile de ses bourdons. La matinée promet d’être calme et agréable. Quand soudain ! La jeune femme entend un petit cri de surprise haut perché poussé par Chloé, alors occupée à créer un bracelet composé de perles roses minuscules enfilées soigneusement sur un fil de nylon. La petite fille demande d’un ton courroucé qui lui a lancé un feutre dans le dos. Stella était occupée à feuilleter un livre sur les prédateurs de la savane africaine à la table voisine pour aider un garçon à trouver une idée de créature exotique à reproduire et n’a pas vu la scène. Elle se redresse avec un air interrogateur et son regard le plus sévère. « Qui a fait ça ? On ne va pas commencer à se disputer dès le matin, n’est-ce pas ? Charles, c’est toi qui as encore embêté les filles du coin perles ? » La plupart des enfants pouffent de rire tandis que le garçonnet se récrie en laissant échapper :


« Mais non ! C’est pas moi, cette fois ! » Devant le froncement de sourcils de la jeune fille incrédule, il poursuit : « Je te jure, Stella, c’est pas moi : j’étais en train de faire mon rhinocéros. C’est la nouvelle qui a lancé le feutre. » Il désigne Léa d’un doigt accusateur.

Stella contourne la table pour rejoindre Léa qui baisse la tête. L’animatrice, très étonnée, demande à la petite fille si c’est bien elle qui a lancé le feutre et, si c’est le cas, d’expliquer son geste. Léa, gênée, répond qu’elle n’a pas fait exprès et que c’est en voulant enlever son bouchon que le feutre lui a échappé. Charles et Rémi, qui sont assis en face d’elle, insistent en disant qu’ils l’ont bien vu « lancer » le feutre vers Chloé « en faisant une grimace, en plus ! ». La petite fille, n’osant pas regarder ni Chloé, ni Charles, ni Stella, répond d’une petite voix qu’elle promet qu’elle n’a vraiment pas fait exprès et qu’elle est désolée. Stella demande à l’assemblée ce qu’ils ont vu exactement afin d’obtenir le fin mot de cette histoire de feutre volant. Lisa, une des « grandes » du groupe, défend la nouvelle en lançant à Charles : « D’habitude c’est toi qui embêtes tout le monde, alors arrête un peu ! Elle dit qu’elle n’a pas fait exprès et elle s’est excusée. Elle s’excuse, elle au moins ! Laisse-la tranquille maintenant ! » Les amies de l’une et les copains de l’autre se lancent alors dans une discussion animée, du genre à virer rapidement en querelle collective. Stella doit imposer le silence en élevant la voix pour couvrir le brouhaha et clôt l’histoire : Léa s’est excusée, ce n’est qu’un feutre, personne n’a eu mal, fin du drame !


La jeune femme se promet d’être attentive à la petite nouvelle du groupe : cela la surprend qu’une enfant qui semble si intimidée lance sciemment un crayon dans le dos de l’une de ses camarades qu’elle ne connaît même pas encore. Cela étant, le reste de la séance de dessin se termine sans souci, chacun se plongeant dans son œuvre avec plus ou moins de dextérité ou d’inventivité. Stella remarque néanmoins que Léa reste silencieuse, et qu’elle écourte le coloriage de sa lionne pour se replier un peu à l’écart avec un livre. L’animatrice croit deviner que les accusations de Charles l’ont mise mal à l’aise. Elle sait qu’être la nouvelle en cours d’année est souvent difficile, surtout si l’on est d’un naturel réservé comme il semble que ce soit le cas de la petite fille. A plusieurs reprises, Stella, un peu inquiète, va la voir pour s’enquérir de ce dont elle pourrait avoir envie en tentant de la rassurer quant au comportement de Charles qui est le petit plaisantin du groupe mais qui n’est pas méchant. Elle lui ajoute qu’il ne faut surtout pas qu’elle hésite à venir la voir si elle a besoin de quoi que ce soit ou si quelque chose la dérange.


Vers 11h00, Stella revient la trouver pour lui annoncer, qu’avant de retrouver son papa pour le déjeuner, elle est invitée à faire une partie de Uno avec une partie du groupe. Lisa fait partie de celles et ceux qui souhaitent participer et vient à ses côtés pour encourager Léa à se joindre à leur table : elle lui demande si elle connaît le jeu et se propose, dans le cas contraire, de lui expliquer les règles qui sont assez simples. Léa semble hésitante, peu enthousiaste. Stella ne souhaite pas la forcer mais ne voudrait non plus que la nouvelle arrivante s’isole dès sa première journée dans le centre.

Choix 1

Stella insiste pour que Léa participe au jeu de cartes avec les autres enfants.

Choix 2

Stella laisse Léa un peu seule afin qu’elle s’habitue à son nouvel environnement.