Moussa 3

Moussa décide de terminer le match malgré les injures racistes

press to zoom

press to zoom
1/1

Moussa décide de se remettre dans le jeu malgré sa colère. Il le fait pour l’équipe. Thibault a sans doute raison : le match est important et il ne peut pas laisser ses coéquipiers en plan alors qu’il vient de permettre de marquer le premier but du jeu. Cela étant, il se sent oppressé, préoccupé. Sa concentration en a pris un coup. La partie reprend au coup de sifflet de l’arbitre. Malgré quelques occasions, un David attaquant prompt à réceptionner les passes et une défense efficace, l’équipe de Moussa perd l’avantage. Moussa a laissé passer deux occasions d’aller au but, deux occasions qui auraient été faciles pour lui s’il avait été à fond dans le jeu, mais il a manqué des passes par manque de réactivité. Fin du match : 3-2 pour l’équipe adverse. Le public est déchaîné. Les hourras des uns se télescopent avec les insultes lancées par les supporters des deux équipes.


De retour dans les vestiaires, Moussa est maussade. Il s’en veut de n’avoir pas été assez concentré et attentif. Il se demande s’il n’aurait pas dû quitter le terrain au lieu de se forcer à rester sans être au taquet. Son mental a été affecté par les agissements racistes des supporters adverses plus qu’il ne l’aurait voulu. Impossible de passer outre. Par ailleurs, il se demande si ses coéquipiers sont aussi solidaires qu’il le pensait : pourquoi aucun d’eux n’a réagi ? De la part de Thibault, à la limite, il peut comprendre, c’est le capitaine de l’équipe et il a voulu penser « collectif » et finir le match. Mais qu’aucun des autres n’ait réagi le laisse pensif et révolté. En s’asseyant avec les autres en attendant l’inévitable discours de leur chef d’équipe après cette défaite, il scrute les visages de ses coéquipiers et se demande qui est raciste parmi eux. Tous ont l’air abattu : la victoire est passée à deux doigts ! Enfin… à deux passes ratées par Moussa. Celui-ci se sent gêné, coupable. Quand on est l’un des meilleurs attaquants d’une équipe, avoir laissé passer des occasions comme celles qu’il a laissé filer, c’est une faute qui lui retombera inévitablement dessus. Thibault débriefe le match, félicitant les uns, notamment David et Farid pour leur jeu, et Guillaume qui s’est montré un gardien exemplaire malgré les 3 buts encaissés par l’équipe. Et puis… il prend à parti Moussa et le réprimande sur son manque de concentration. Il déplore qu’après un corner impeccable, il se soit laissé distraire et n’ait pas été vraiment sur le terrain. Le regard fuyant, Moussa tente d’expliquer qu’il a été déconcentré par les injures raciales des supporters de l’équipe adverse et qu’il ne supporte plus tout cela. Thibault lui répond qu’il ne faut pas se laisser déstabiliser par ce genre de conneries que personne ne prend au sérieux et qu’il faut qu’il se reprenne pour le prochain match. Moussa ne répond plus, abattu. Le capitaine leur dit enfin qu’ils sont libres, qu’une bonne douche fera du bien à tout le monde. Enfin, il rappelle l’heure de l’entrainement du lendemain qui débutera par le compte-rendu complet de ce match et la révision de leur stratégie pour le prochain.


Après s’être douché, rhabillé et avoir échangé quelques mots avec David et quelques autres joueurs, Moussa rassemble ses affaires en hâte. Il décide de rentrer chez lui au plus vite. Les évènements de la soirée et ce qu’il prend pour de l’indifférence de la part de son équipe, le bouleversent. Il attrape un bus de justesse, se visse ses écouteurs dans les oreilles pour s’isoler malgré le nombre de passagers : les supporters rentrent également vers le centre-ville et le véhicule est bondé. Debout, il se tient à l’une des barres de fer du plafond pour ne pas trébucher et heurter les autres passagers lors des arrêts et démarrages brusques du bus. Près de lui, il remarque un couple qui discute et rit. Ils semblent complices et rentrent manifestement après avoir assisté au match : le jeune homme porte un sweat avec le logo de l’équipe. Entre deux morceaux de musique, il comprend quelques mots de leur conversation : « match… », « joueur… », « raté… », « chaussures… », « dérapage… » Le jeune homme à fleur de peau reconstitue un dialogue qu’il n’entend que par bribes. Il se sent observé par le couple, ciblé par leurs propos. Il est certain qu’ils l’ont reconnu et qu’ils parlent de lui et de ses occasions manquées. Mal à l’aise, il ne sait plus quoi penser, il est cependant certain que la jeune femme vient de le désigner et croit entendre « sur la touche. » Il sent la colère monter en lui. « Pourquoi ils me fixent comme ça ?! Encore des sales cons de racistes… Ils veulent des problèmes ou quoi ?! » Ses poings se serrent et se desserrent au rythme de sa respiration de plus en plus profonde. Ses narines se dilatent et sa mâchoire se crispe. Il est sur le point d’exploser.

Choix 1

Moussa ignore le couple

Choix 2

Moussa décide d’interpeler le couple