Lorraine 6

Lorraine demande au coach de parler aux meneuses de sa gêne

press to zoom

press to zoom
1/1

Le lendemain, Lorraine va trouver Maxime avant l'entraînement pour lui donner sa réponse : elle préfère que son coach aille voir les meneuses pour leur parler de ce qui la heurte. Elle pense préférable qu'il soit son porte-parole car elle ne doute pas du fait qu'elles sauront entendre ses arguments. Aussi Maxime demande-t-il à Stéphanie, Manu, Lucie et Sabrina de le rejoindre dans son bureau pendant que les autres joueuses commencent à s'échauffer. Alors que les jeunes filles débutent leur série de tours de terrain en courant tout en échangeant quelques commentaires étonnés, les meneuses entrent dans le petit bureau de Maxime. Refermant la porte derrière lui et allant s'asseoir avec lenteur, comme s'il prenait autant de cautions dans ses gestes que dans paroles, le coach leur explique que Lorraine est venue s'entretenir avec lui au sujet d'un sentiment d'exclusion : cette impression qui la mine depuis plusieurs semaines, lui viendrait du comportement qu'elles quatre ont à son encontre depuis septembre. Il développe en mettant en exergue les qualités de jeu de leur nouveau pivot, insistant sur la place centrale qu'elle occupait dans son ancienne équipe. Bien sûr, il comprend qu'elles ont l'habitude de faire équipe avec les joueuses qu'elles connaissent depuis longtemps mais il leur demande d'accorder à Lorraine une chance de prouver sa valeur sur le terrain à leur côté. Devant les protestations de Stéphanie et Emmanuelle, il élève un peu la voix en disant qu'il reste leur coach et qu'elles doivent lui faire confiance : il ne mettrait jamais l'équipe en danger, mais il se doit de tenir compte du bien-être de chacune. Si, après qu'elles auront fait des efforts pour intégrer leur nouvelle coéquipière, il constate que ça ne fonctionne pas correctement entre elles sur le terrain et qu'elles ne se sentent à l'aise ni les unes ni les autres, alors il tentera une autre approche. Pour l'heure, il leur demande d'accorder de l'importance à Lorraine lors des entraînements et de la choisir dans leurs équipes à tour de rôle.


Les quatre meneuses font profil bas, promettent de suivre les directives de Maxime, mais rejoignent les autres joueuses pour l'échauffement de fort méchante humeur. Stéphanie est particulièrement en colère ; elle lance des regards furibonds à Lorraine, ce qui n'échappe à aucune des joueuses de l'équipe habituées à faire attention à elle plus qu'à aucune autre en suivant instinctivement son rythme. Le moment de répartir les joueuses dans les petites équipes de trois arrive fatalement : l'équipe constate que, contre toute attente, Stéphanie choisit Lorraine en premier alors qu'Ariane s'avançait déjà pour la rejoindre et se voit contrainte de reculer parmi les autres joueuses sans comprendre ; d'ordinaire, la fine et sculpturale Somalienne, presque aussi grande que Lorraine, particulièrement efficace durant les matchs, est systématiquement choisie par Stéphanie avec qui elle joue depuis cinq ans. Les basketteuses commencent à s'échanger des choses à l'oreille tout en regardant Stéphanie qui se tient les bras croisés et le visage fermé, tandis que les autres meneuses sélectionnent leurs joueuses préférées. Lors des matchs entre les mini-équipes qui s'en suivent, toutes les joueuses mènent la vie dure à Lorraine : elles se plantent devant elle lorsqu'elle court se remettre à sa place ou elles la bousculent à la moindre occasion ; Lucile lui marche "accidentellement" sur le pied pour l'empêcher de sauter alors que l'adolescente était sur le point de faire un panier ; enfin, à la fin de la session, Lucie lui fait un contre méchant avec un coup puissant dans le ballon qui atteint son visage de plein fouet. Lorraine a la joue rouge vif et très mal au nez mais fait comme si tout allait bien et continue à jouer. Maxime tente de calmer les joueuses en leur intimant de respecter se respecter les unes les autres et qu'il tolèrera pas de telles actions à nouveau. Il se montre déçu d'avoir assisté à un jeu si agressif durant toute la soirée, et demande à ses joueuses de régler leurs mésententes au plus vite car il ne saura permettre cela au sein de son équipe.


A l'issue de l'entraînement, l'atmosphère dans les vestiaires est extrêmement tendue. Lorraine est ignorée par ses coéquipières, même Emma reste réservée, ne sachant pas quelle attitude adopter ni avec elle, ni avec les autres filles. L'adolescente se dépêche de prendre sa douche et de se changer : jamais elle n'aurait imaginé que l'entrevue du coach avec les meneuses mène à un tel désastre. Elle qui s'était sentie heureuse d'être enfin choisie par Stéphanie, en premier lieu, puis par Lucie, lors du match suivant, elle ressent à présent douloureusement, tant intérieurement que dans son corps meurtri par les frappes de ballons ou les coups de coude, les conséquences de ses choix. Alors qu'elle s'apprête à partir le plus discrètement et rapidement possible, Stéphanie pose lourdement son sac sur le sien. Les meneuses se campent entre elle et la sortie pour la prendre à parti devant toute l'équipe. Stéphanie semble la plus furieuse : "C'est quoi ton problème, Lorraine ? Pourquoi tu es allée voir le coach pour te plaindre ? Pauvre Lorraine, si brillante et meilleure que les autres, qui doit aller pleurer auprès de son coach pour qu'on la choisisse ! Non mais, pour qui tu te prends ? Tu es nouvelle, tu ne fais même pas l'effort de nous connaître, tu fais la gueule tout le temps et, là, tu fais ta star négligée ? Ca fait cinq ans que nous jouons ensemble, pour la plupart ! Cinq ans ! Et toi, tu penses que tu vas arriver et tout changer par ta présence lumineuse ?! Écarter Ariane alors qu'on a une tactique de jeu hyper bien rôdée toutes les deux et qu'elle fait ses preuves dans l'équipe depuis des années ? Grâce à nos tactiques et notre jeu, on a réussi à mener cette équipe en poule et, toi, tu voudrais remettre en question nos choix ? Si t'as un souci, tu viens nous parler d'abord ! Je suis furieuse à un point !!! Si tu fous en l'air notre classement à cause de tes manigances faites dans notre dos auprès du coach, je te jure que ça va vraiment mal se terminer !"


Toutes les joueuses se sont regroupées pour faire cercle autour des deux jeunes filles afin d'assister à l'altercation. Lorraine retient ses larmes et reste assise face sa meneuse furibonde qui l'assomme de reproches. Elle bredouille quelques mots pour tenter de se justifier. Lucie lance qu'elle semble moins faire la fière à présent qu'elle doit se justifier devant toute l'équipe. Emma intervient, demandant à ce que Lorraine soit écoutée car toutes les joueuses doivent avoir le droit de s'expliquer. Stéphanie se calme alors un peu, et recule de deux pas. Lorraine dépeint son sentiment d'être mise à l'écart par ses coéquipières alors qu'elle pense pouvoir être un atout pour l'équipe. Quelques ricanements fusent, mais Manu fait signe à tout le monde de se taire, puis engage la jeune fille à continuer tout en gardant une expression dure et fermée. Lorraine poursuit en expliquant qu'elle ne se sentait pas le courage d'aller voir les meneuses qui lui donnaient l'impression de ne pas vouloir d'elle et qu'elle avait pensé que le coach était le meilleur interlocuteur pour l'aider. Elle s'excuse si elle a commis une erreur car elle ne veut pas faire du tort à l'équipe : elle n'avait pas du tout vu les choses sous le jour que vient de lui exposer Stéphanie. Des larmes brûlantes commencent à rouler sur ses joues. Elle ne sait plus quoi penser, ni quoi dire à ses camarades qui la regardent qui avec rancœur, qui avec pitié, qui avec dédain... et elle se sent misérable. Avant de la laisser quitter les vestiaires, Sabrina propose "un conseil de guerre" pour la fois prochaine, avec toutes les joueuses, en compagnie du coach, pour mettre tout au clair et permettre à chacune de s'exprimer librement sans que le ton monte. L'avenir de l'équipe en dépend. Elles doivent prendre sur elles pour son bien.

Choix 1

Le dialogue est rompu et les évènements prennent un tour violent.

Choix 2

Lorraine se montre conciliante