Lorraine 2

Lorraine décide de parler à Emma de son sentiment de rejet

press to zoom

press to zoom
1/1

Le lendemain matin, Lorraine retrouve Emma sur le chemin du lycée. Les quinze minutes de marche jusqu'aux portes de l'établissement leur permettent de bavarder sans être interrompues ni écoutées par des oreilles indiscrètes. A peine la traditionnelle double bise posée sur les joues de son amie, Lorraine entre dans le vif du sujet qui la chagrine. Elle explique à Emma qu'elle ne comprend pas pourquoi elle est systématiquement le dernier choix, sorte de lot de consolation pour la dernière meneuse à qui il reste une joueuse à appeler pour les 3X3. La jeune fille a d'ailleurs le sentiment déplaisant que c'est Stéphanie, la joueuse phare de l'équipe, meneuse parmi ses paires, qui est au centre de ce complot anti-nouvelle joueuse. Or, si c'est bien SuperMeneuse, surnom ironique trouvé par Lorraine, qui est la source du problème, cela risque de durer car elle semble inflexible et bénéficier d'une loyauté sans faille de la part de toute l'équipe. Lorraine avoue d'ailleurs à Emma qu'elle a beaucoup hésité à lui en parler pour ne pas la mettre en porte à faux avec Stéphanie et les autres meneuses et parce qu'elle ne savait pas comment exprimer ses doutes sans paraître désavouer l'équipe. Emma reste d'abord silencieuse. "Bon... Je vais t'avouer quelque chose parce que tu as raison, je pense que Stéphanie fait en sorte de ne pas vraiment t'intégrer dans l'équipe. Quand je suis rentrée dans l'équipe, il y a deux ans, une autre fille avait été sélectionnée en même temps que moi. Stéphanie et Manu ont tout fait pour qu'elle parte : elles avaient été franchement méchantes avec elle. Une fois, elles avaient carrément fouillé dans son casier et mouillé ses vêtements de rechange. Donc, je sais que ces deux-là peuvent être mauvaises quand elles ne le veulent et qu'elles savent faire en sorte que toutes les autres les suivent. Je pensais qu'elles avaient mûri et je crois qu'elles ne seraient plus capables de faire des choses pareilles. Mais si tu ressens une mise à l'écart, ce n'est sans doute pas pour rien. On a toutes remarqué que tu étais toujours la dernière qu'elles appellent dans les groupes d'entraînement." Arrivée devant les portes du lycée, alors que les élèves se font de plus en plus nombreux autour d'elles, Emma soupire avant de conclure : "On en reparle à la pause. En tout cas, rassure-toi sur un point : tu es le meilleur pivot qu'on n'a jamais eu. Donc, Stéphanie ou pas, le coach te fera jouer durant les matchs importants, c'est sûr. Mais ce serait mieux si elle et Manu ne te mettaient pas des bâtons dans les roues... ou, plutôt, des épines dans le ballon !"


Afin de pouvoir se mettre un peu à l'écart de leurs camarades et ainsi pouvoir parler librement des tracas de Lorraine, les deux amies choisissent d'acheter un sandwich au foodtruck installé devant le lycée. Elles s'installent dans une petite impasse longeant le lycée offrant la possibilité de s'isoler et de s'asseoir sur le rebord d'un muret de vieilles pierres. Emma engage Lorraine à lui dire tout ce qu'elle a sur le cœur tout en mordant avec gourmandise dans son panini trois fromages et tomates. L'adolescente raconte à nouveau ce qu'elle trouve injuste durant les entraînements. Elle confie ensuite qu'elle a entendu plusieurs réflexions blessantes à son propos entre Stéphanie et plusieurs autres joueuses alors que ces dernières n'avaient pas vu qu'elle était encore dans les vestiaires. De "fiel en aiguille", Lorraine laisse sa rancœur prendre le dessus sur sa réserve. Les critiques fusent, parfois sans aucun rapport avec le basket ou ce qu'il se passe au sein de l'équipe. Emma ne peut s'empêcher de pouffer de rire plusieurs fois à l'évocation des simagrées de Stéphanie et Manu devant le coach lorsqu'il les félicite pour leur jeu. Sans s'en rendre compte, les deux amies font dériver le sujet initial des préoccupations de Lorraine sur le physique, la voix, les notes de mathématiques et les petits copains des meneuses de l'équipe. Le temps d'avoir engloutis leurs paninis, Stéphanie, Manu, Lucie et Sabrina étaient devenues d'abominables garces ne souhaitant que le malheur de Lorraine. Même Emma, pourtant d'un naturel conciliant, s'échauffe et conforte sa camarade dans sa colère en racontant des anecdotes bien peu glorieuses sur les unes ou les autres. Avant de retourner en cours, les deux amies se promettent d'aller se confronter à Stéphanie et ses vipères afin de mettre les choses au clair et d'en finir avec cette situation anxiogène pour Lorraine.

Choix 1

Lorraine laisse son amie intercéder pour elle auprès des meneuses

Choix 2

Lorraine se décide à aller parler elle-même aux meneuses