Capucine 7

Capucine continue à s'isoler, préférant rester habillée en robe malgré son envie de rejoindre les jeux des autres enfants

press to zoom

press to zoom
1/1

Tiraillée par son envie de rejoindre les enfants s'adonnant aux acrobaties et ses principes concernant la tenue décente d'une bonne écolière, Capucine aborde le sujet à de multiples reprises lors des dîners en famille. Louise, de plus en plus inquiète de voir sa fille sans amis depuis leur emménagement, lui propose d'aller faire les boutiques afin de trouver des tenues qui lui plaisent tout en étant adaptées aux jeux du pré de récréation. Capucine accepte mais, une fois dans les cabines d'essayage, elle se dit que le reflet de la petite fille en legging et sweat-shirt que lui renvoie le miroir ne lui ressemble guère. Elles finissent par se décider pour deux tenues, mais que Capucine décide de ne porter que lors des cours de sport. Après réflexions et essayages, elle préfère encore rester seule avec ses livres et ses crayons plutôt que d'être vêtue n'importe comment à l'école. Par ailleurs, elle ne veut pas transpirer durant les récréations : elle se sentirait trop mal à l'aise ensuite durant le reste de la journée. Louise la pousse à essayer tout de même, au moins une fois, de porter l'une des jolies tenues décontractées : cela lui permettrait peut-être de se faire enfin des amis, de se lier un peu plus avec Louane par exemple. Si l'argument est bon, Capucine se montre butée, et répond qu'elle est une fille qui souhaite rester féminine même si ce n'est pas la tendance vestimentaire de son nouvel environnement scolaire. Après tout, sa mère n'irait jamais en jogging au travail !


Un matin, après être descendue du carrosse de son papa, alors qu'elle marche perdue dans ses pensées dans l'allée conduisant à l'entrée de l'école, elle est dépassée par Kevin, Ludo et sa bande, turbulents comme toujours. C'est alors qu'elle est bousculée par l'un de ses camarades, qu'elle perd l'équilibre sous le choc, et qu'elle tombe sur le chemin parsemé de gravier. Elle s'écorche méchamment les paumes des mains et les genoux. Sous l'effet de la surprise, elle a d'abord le souffle coupé, et ne ressent la douleur que lorsqu'elle tente de se relever. Elle glisse à nouveau dans l'allée car son genou lui fait très mal : des gravillons sont même incrustés dans sa chair. Elle retombe, furieuse et endolorie. Avec horreur, elle remarque que sa jupe est déchirée et qu'elle l'a tachée avec un peu de sang. Se tournant vers le garçon qui l'a fait tomber, elle lui jette un regard furibond, et s'apprête à lui crier qu'il aurait pu faire attention puis à le traiter, peut-être, de quelques noms d'oiseaux peu élogieux.


Elle n'avait pas vu qu'il s'agissait de Maxime. Celui-ci lui tend la main d'un air désolé tout s'excusant. Il semble sincèrement navré. Maladroitement, il tente de maintenir le cartable à roulettes de Capucine tout en se baissant pour l'aider à se relever. La petite fille est surprise d'avoir été ainsi poussée par son camarade d'ordinaire gentil, voire prévenant. Par ailleurs, comme il s'agit de l'un de ses voisins - il vit dans le même village, au bout de la rue dans laquelle ses parents ont emménagé -, elle l'a déjà rencontré en dehors de la classe plusieurs fois sans qu'elle l'ait trouvé remuant ou impoli. Malgré la main tendue, elle se relève toute seule, grimaçant à cause de son genou abîmé. Elle le regarde froidement en lui demandant ce qui lui a pris de la heurter violemment ainsi. Il se confond à nouveau en excuses, et lui explique qu'il a été lui-même bousculé par la bande de Kevin qui faisait son malin avec ses copains. Il serait tombé s'il n'était pas passé à côté d'elle à ce moment précis : elle a amorti le choc de sa rencontre avec les garnements, et en a malheureusement subi les conséquences. Maxime remarque alors les blessures aux mains et aux genoux de sa camarade. Il lui propose immédiatement de l'accompagner voir la maîtresse afin de lui demander d'aller à l'infirmerie pour qu'elle puisse faire soigner ses plaies.


La fillette est hésitante devant l'attitude de son camarade de classe. Elle se sent un peu humiliée d'être tombée ainsi devant tout le monde et en colère devant l'état de sa nouvelle jupe définitivement perdue. Cela étant, elle est touchée par ce qui lui semble de la gentillesse sincère, voire de la galanterie. Cela étant, avant tout, elle a mal : elle boite d'ailleurs un peu, ayant du mal à tendre la jambe de son genou écorché. Aussi accepte-t-elle le bras de Maxime et sa proposition de tirer son cartable à sa place au vu de l'état de la paume de ses mains. Pour lui changer les idées, tout en continuant à lui demander pardon pour cet incident, il lui promet de l'inviter pour goûter le samedi après-midi prochain : il lui présentera Caramel, le lapin-bélier géant de sa sœur Coraline qui pourra faire avec lui une démonstration d'agility. Il espère de tout cœur que Capucine acceptera et que cela leur permettra de faire plus ample connaissance.

Choix 1

Charmée par sa gentillesse, elle fait plus ample connaissance avec Maxime

Choix 2

Exaspérée par l'ambiance turbulente de son école, elle refuse de s'intégrer