Capucine 14

Charmée par sa gentillesse, elle fait plus ample connaissance avec Maxime

press to zoom

press to zoom
1/1

Capucine ne savait pas qu'il y avait des concours d'agilty pour lapins et, sans s'en rendre compte, entre dans la discussion engagée par son camarade. Il s'enthousiasme en lui parlant des délicieux cookies que sa maman, Marie, ne manquera pas de préparer si elle vient au goûter proposé. Sur ces mots, Maxime et Capucine se présentent devant Madame Laquel qui se montre désolée devant l'état de la petite fille. La maîtresse intime le calme dans sa classe le temps qu'elle aille prendre soin de son élève dans la petite salle comprenant une trousse de secours et un lit d'appoint. Après avoir soigné son élève écorchée et boitillante, elles reviennent toutes deux en classe. Kevin, Ludo, Hervé et Cédric se trouvent punis avec interdiction d'aller dehors en récréation pour le reste de la semaine et des leçons à recopier pendant leurs camarades iront s'amuser. Les garnements marmonnent en jetant des regards mauvais à la petite blessée. Maxime, quand à lui, lui adresse son plus beau sourire.


Charmée par cette gentillesse et cette prévenance, Capucine accepte de se rendre chez lui le samedi après-midi suivant. Pour l'occasion, sachant qu'elle allait jouer dans l'herbe avec un lapin, elle s'habille avec l'une ses nouvelles tenues confortables qui ne sont pas encore sorties de son armoire. Louise accompagne sa fille chez Maxime avec un gâteau au citron meringué, sa grande spécialité pâtissière. Les deux mamans ont déjà sympathisé depuis longtemps, résidant dans la même rue et fréquentant donc les mêmes petits commerces de proximité. En longeant les haies de tuyas du jardin de son gentil voisin, elle entend des rires et des exclamations extasiées de Louane et, croit-elle reconnaître, Adrien. Tout en marchant, elle tente de voir ce qu'il se passe à travers la végétation mais les haies sont si hautes et serrées, leurs branchages si entremêlés, qu'elle ne parvient pas à voir quoique ce soit. Sachant qu'il y aura d'autres enfants, même si elle apprécie Louane et découvre Maxime, Capucine se sent intimidée et comme piégée : elle n'a pas accepté une invitation de groupe et ne sent pas à l'aise avec les autres enfants de l'école, ce que son camarade sait pourtant pertinemment. Ne pouvant plus reculer, elle fait de sa mauvaise fortune, bonne allure, et salue Marie qui leur ouvre avec politesse et chaleur. Maxime et Louane arrivent alors dans l'entrée pour accueillir à leur tour leur copine de classe... du moins, ils espèrent sincèrement qu'elle deviendra l'une de leurs copines et rejoindra leur petit cercle d'amis.


Les enfants, après avoir remercié Louise pour son gâteau, entraînent Capucine dans le jardin. S'ils ne manquent pas de noter la tenue de leur camarade, ils ont le tact de ne faire aucune réflexion à ce sujet ce qui soulage énormément la fillette. Au milieu de la pelouse sont disposés une sorte de petit pont, des plots et des haies miniatures. Coraline guide un lapin énorme dont les oreilles tombent presque jusqu'au sol, au pelage couleur caramel, grâce à une laisse et un harnais qui ne semble aucunement gêner le lagomorphe. Capucine s'émerveille aux côtés des autres enfants devant la docilité et l'agilité de l'animal qui, à la fin du parcours, se dresse sur ses pattes arrière en regardant l'adolescente afin d'obtenir une friandise. Coraline invite la nouvelle venue à venir le caresser et lui donner un morceau de pomme. Capucine est ravie : agenouillée dans l'herbe sans attendre et sans avoir à faire attention à son allure habituelle, la voici qui dorlote le lapin-bélier qui se montre très satisfait d'être au centre de l'attention et, gourmand, de recevoir légumes, fruits ou autres délices plus que d'ordinaire.


Après cette rencontre à longues oreilles, le petit groupe se réunit autour de la table de la terrasse pour goûter le gâteau de Louise et les cookies de Marie et bavarder. Maxime a invité Louane, Adrien, Corentin et Cassandre qui se montrent très chaleureux envers Capucine, étonnée d'être aussi facilement intégrée dans les conversations de ses camarades alors qu'elle les évite, voire les boude, depuis son arrivée dans leur école. Lorsqu'elle évoque ses années de GRS, filles comme garçons la pressent de leur montrer un enchaînement. Un peu intimidée mais très fière, la petite fille se lève, respire, se campe dans une attitude de gymnaste aguerrie et se lance dans une succession de roues, tours, saltos pour finir par un grand écart parfait. Maxime et ses amis applaudissent tout la félicitant avec enthousiasme pour sa prouesse.


Après avoir fait la démonstration d'un second enchaînement, grâce auquel elle avait d'ailleurs reçu une médaille d'argent lors de sa dernière compétition en région parisienne, Capucine montre quelques "trucs" pour conserver son équilibre ou pour prendre assez d'élan pour faire des sauts. Tout le monde s'essaye aux acrobaties dans la bonne humeur, sous le regard placide de Caramel, nonchalamment vautré dans l'herbe. Après un bon moment passé à faire de la gymnastique ensemble, Louane demande à Capucine si elle ne veut vraiment pas essayer de faire quelques paniers de basket. Il ne s'agirait pas de faire un match, mais le père de Maxime a fixé un panier sur le mur de la petite cour pavée située devant le garage. Comme la fillette a eu la gentillesse de leur montrer ce qu'elle savait faire et leur a expliqué comment réaliser figures et combo, Louane a envie de l'initier à quelque chose qu'elle ne connaît pas. Malgré ses réticences, Capucine se laisse convaincre d'aller voir différentes manières de faire des paniers et d'essayer d'en faire au moins quelques-uns. Maxime lui assure que, si le jeu ne lui plaisait pas du tout, ce ne serait pas grave. Impossible de s'ennuyer en si bonne compagnie : ils n'auront qu'à faire un jeu de société ou même créer un parcours d'agilité dans lequel ils intégreraient des figures de GRS et les accessoires d'entraînement de Caramel ! Contre toute attente, Capucine est impressionnée par toutes les manières de faire des paniers, par l'agilité et la précision qu'il faut pour y parvenir. Elle tente d'en faire quelques-uns, et, après quelques essais infructueux, y parvient grâce à l'aide attentionnée de ses amis. Elle se sent alors très fière, et, même s'il ne s'agira jamais de son activité préférée, elle ne rechigne pas finalement à continuer à s'amuser au jeu de ballon avec ses nouveaux amis. A l'issue de ce bel après-midi d'échanges et d'amitié, Maxime invite sa petite voisine à son anniversaire qui aura lieu trois semaines plus tard en lui faisant promettre de venir. Capucine accepte avec le plus grand des plaisirs sous les yeux de Louise, heureuse de constater que sa fille s'est enfin fait des amis et s'est ouverte à d'autres univers en mettant de côté ses a priori et préjugés.

Choix 1

Vous voulez poursuivre l'histoire? Ou en discuter?

Choix 2

Vous voulez vivre une autre histoire?

scénario par

Lou B., Manon, Matthéo, Lauréline, Maëlisse, David G., Maëlyne, Flavian, Martin, Ethan, Eliya, David M., Lou M. Lucile, Maylie, Anaïs, Gabriel, Cassie, Léa

avec le soutien de

la professeure de l’école élémentaire d’Allamps Julie MAILLARD

mise en texte

Apolline Marie HUIN

illustrations

Constance HUIN