Camille 3

Le repas de Noël

press to zoom

press to zoom
1/1

Le temps passant, Camille renonce finalement à acheter la jolie robe. Peut-être sera-t-elle soldée après les vacances et pourra-t-elle d’ailleurs se rendre dans la boutique avec sa mère. Ainsi, arrive le matin du 25 décembre, date fatidique du départ de la famille chez les grands-parents paternels. Partager ce dîner de fête d’année est une tradition à laquelle il ne semble pas falloir déroger. Une fois seulement depuis la naissance de Camille, cette réunion familiale n’avait pas eu lieu et l’adolescente se souvient encore des récriminations et des plaintes de son papi et surtout de sa mamie. Pourtant la naissance très récente de Léna aurait pu sembler l’un des meilleurs prétextes imaginables pour obtenir une dérogation à l’événement. Aussi Augusto, le père de Camille et Léna, demande-t-il à ce que son épouse et ses filles se plient à ce rituel annuel. Papi José et Mamie Silvia ne sont pas des boute-en-train et ce traditionnel déplacement ne fait pas la joie des enfants. Cela étant, Tatie Jacqueline, la sœur de leur papa, sera présente. Elle est très drôle et sait couper court aux disputes latentes inhérentes à ces retrouvailles. Camille et son identité sont très souvent au cœur de ces tensions et le sujet est évité avec soin par chacune des parties.


  La jeune fille se doute bien que, comme chaque année, elle aura droit à des cadeaux qui ne lui plaisent pas du tout, ceux-ci étant très orientés pour plaire à un « vrai » petit garçon et, à présent, à un « vrai » adolescent. C’est donc sans enthousiasme que Camille se prépare pour ce court séjour dans le Nord de la France. Par ailleurs, l’adolescente sait que Léna a demandé au Père Noël (même si elle lui a avoué qu’elle n’y croyait plus vraiment) un garage de petites voitures ; cela ne manquera sans doute pas de déplaire car ce n’est pas un jeu pour les « vraies » petites filles.


Comme toujours, les grands-parents attendent l’arrivée de la voiture d’Augusto devant l’entrée de leur petite maison malgré le froid. Comme toujours, ils jettent en alternance des regards impatients à leurs montres puis des coups d’œil accueillants à la famille. Comme toujours, il faut faire bonne figure en disant qu’il y avait eu un accident sur la route qui avait ralenti la circulation afin d’expliquer leurs quelques minutes de retard. Alors que Camille passe le pas de la porte, sa grand-mère passe la main dans ses cheveux, l’ébouriffe et s’écrit « il faudra l’emmener chez le coiffeur couper tout cela quand même ! » Camille marmonne quelques mots avant de rejoindre le salon dans lequel plane l’odeur alléchante du festin de Noël. Si Mamie Silvia peut se montrer revêche, il faut avouer que sa cuisine est absolument délicieuse.

Choix 1

Le garage de petites voitures

Choix 2

La poupée Reine des Neiges