Ambre 9

L’aide sociale

press to zoom

press to zoom
1/1

Après avoir réfléchi quelques jours, ma mère décida d’entreprendre les démarches afin de bénéficier de l’aide alimentaire. Après un rendez-vous auprès d’une assistante sociale, ma maman passa beaucoup de temps, le soir, après son travail, pour réunir une multitude de documents en vu d’obtenir des bons alimentaires.  


  Heureusement, l’assistante sociale appuya notre dossier pour nous obtenir une aide d’urgence. Trois jours seulement après son rendez-vous, nous reçûmes un courrier nous confirmant que ce soutien nous était accordé. Il nous fallut prendre à nouveau le bus pour aller chercher de l’alimentation et des produits d’entretien dans la ville d’à côté auprès d’une épicerie solidaire. J’accompagnai ma maman car je me sentais penaude et responsable de la situation dans laquelle nous étions. Arrivées dans le lieu de distribution alimentaire, la dame de l’accueil nous informa, d’un air sincèrement désolée, qu’il nous manquait une signature de la municipalité sur notre document et qu’elle ne pouvait nous permettre d’entrer avant que cette dernière démarche ne fusse régler. Nous dûmes rentrer bredouilles à la maison et il nous fallut encore faire un maigre dîner ce soir-là. Je culpabilisai tellement d’avoir mis ma famille dans cette situation : non seulement je n’avais acheté qu’un seul vêtement et n’avais presque rien à mettre à ma taille pour la rentrée mais, en plus, nous manquions de nourriture. Le lendemain, nous purent nous rendre à la mairie pour faire valider notre document puis retourner dans l’association d’aide aux familles démunies et recevoir un colis alimentaire. Je pris conscience des difficultés auxquelles devait faire face ma mère pour trouver de l’aide et me promis d’être à l’avenir plus raisonnable.

Choix 1

Vous voulez poursuivre l'histoire? Ou en discuter?

Choix 2

Vous voulez vivre une autre histoire?

scénario par

Pauline, Jules, Alice, Justin, Charlotte, Guillaume

avec le soutien de

ATD Quart Monde

mise en texte

Apolline Marie HUIN

illustrations

Franck Thouvenot